Connexion-Zen
Un rendez-vous avec soi-même

Nos croyances sont génératrices de réalités

Des idées qui nous dirigent

Nous avons tous des idées, convictions, opinions, des croyances sur tous les sujets : sur soi-même, les autres, la vie etc. Elles sont bien ancrées en nous, et sont le résultat de notre vécu, de ce que nous avons entendu, observé, lu, pensé, imaginé, élaboré et expérimenté pendant des années.

Ce ne sont pas de simples idées stockées et utilisées comme d'innocentes hypothèses. Elles ont en fait un impact plus qu'important dans notre vie ; elles sont décisives, elles nous dirigent, consciemment ou non. Car elles influent pour une très large part sur notre comportement, sur nos capacités, sur notre réussite, et même sur notre environnement, ainsi donc sur notre niveau de bonheur.

Affirmer être incapable de quelque chose sans même avoir essayé, fait partie de nos croyances, et cela peut engendrer nombre de frustrations, de non actions et limiter ainsi notre épanouissement. Tout comme un excellent athlète obtiendra la médaille d'or s'il est convaincu qu'il en est capable et qu'il a tout mis en oeuvre pour la gagner. Les exemples sont innombrables pour illustrer ce principe.

Le puissant rôle de nos croyances peut aussi bien être positif que négatif, selon notre façon de concevoir les choses. Pensez au fameux principe du placebo : une substance neutre qui produit des effets curatifs bien réels, par le seul fait que la personne qui l'utilise y croit fortement. (d'ailleurs beaucoup plus de médicaments que ce que l'on croit sont des placebos)

Mais certaines de nos croyances peuvent demeurer très longtemps occultes, et nous pouvons patauger longtemps dans la semoule si nous ne prenons pas la peine de se poser les bonnes questions.

Croire que notre bonheur vient de l'extérieur est une illusion. Nous sommes seuls à décider de l'impact du monde extérieur sur nous-même. Il y a effectivement énormément de choses contrariantes dans la vie. Ressasser les contrariétés ne fera pas changer la situation qui a été contrariante, ou n'effacera pas un chagrin. Le chagrin d'un défunt ne le fera pas revenir etc. Le passé n'est pas modifiable, et le futur n'existe pas encore. Rien ne sert de s'y attarder. Si nous ne décidons pas de regarder "les choses" autrement, de maîtriser nos pensées, ce sont nos pensées qui nous contrôlent.

Peggy - posté le 24/01/2013 18:05:13


Commentaires:

Ajouter un commentaire:

Nom :
Mail :
Message: