Connexion-Zen
Un rendez-vous avec soi-même

Le pouvoir de la prière

La prière de l'artisan, décryptage

Je voudrais préciser tout d'abord qu'il ne s'agit d'aucune religion, secte, ni aucun dogme dans cet article.

Je partage ici un puissant outil de développement personnel et sachez d'ailleurs que je ne parle que de ce que je connais à travers l'expérience.

Ce qui fait passer une personne du savoir à la connaissance, c'est l'expérience. Savoir et ne pas faire, ce n'est pas avoir.

Il me semble utile avant de développer, de souligner des faits que personne ne peut nier : 

Tout ce qui existe dans le monde matériel des humains, a d'abord existé dans la pensée d'un individu ; la maison et ses matériaux, ses plans d'architecture, ses meubles, tous les objets etc.

Tout ce qui existe en termes de société, a d'abord existé dans la tête d'un et de plusieurs individus ; ainsi, à l'époque de la monarchie, nul n'aurait pu savoir qu'une démocratie allait se mettre en place, jusqu'à ce que l'idée d'une démocratie se matérialise

Tout ce qui existe en termes de relations humaines, est créé par les humains eux-mêmes. L'amour, comme les conflits. Toute action/réaction est créée par l'interprétation (donc en pensées) que chacun se fait d'une situation.

Inutile de sortir de polytechnique pour savoir que toutes nos paroles ont aussi une ou des conséquences.

C'est dire le pouvoir de création que chacun d'entre nous possède pour construire sa réalité.

D'accord ou pas, nous ne sommes pas de pauvres victimes innocentes qui subissons. Si tel est le cas c'est que nous sommes surtout des ignorants qui laissons inconsciemment notre propre pouvoir de créer à d'autres.

Je ne dis pas que la vie est un long fleuve tranquille.

 

Voici donc une prière qui possède un pouvoir infiniment grand. Je la présente entièrement, puis je reviendrai sur chaque phrase pour développer.

"Seigneur" est le terme qui désigne la force organisationnelle de l'univers. C'est cette force, que la science nomme aussi "énergie noire", bien que ce ne soit pas une énergie. Elle est aussi appelée "conscience non localisée", "la source", "la matrice" et d’autres noms encore. Nous n'avons pas encore les instruments de mesure adéquats pour l'analyser. Il est bon aussi d'observer une certaine humilité et accepter la part du mystère de la vie.

C’est cette force qui permet à notre corps de respirer, réfléchir, comprendre, digérer, lutter contre un virus, qui permet que nos milliards de cellules se régénèrent à chaque seconde, qui permet à notre sang de se nettoyer... sans besoin d’y réfléchir et tout ça dans le même temps et dans une synchronisation parfaite.

C’est cette force aussi qui fait que les oiseaux migrent au bon moment. L’instinct, donc, est une manifestation de cette force.

Ne vous offusquez donc pas du terme "Seigneur" si vous ne croyez pas en Dieu.

 

La prière de l’artisan

Seigneur, à bien user du temps que Tu me donnes à travailler, à bien l’employer sans rien en perdre, apprends-moi à tirer profit de mes erreurs passées sans tomber dans le scrupule qui ronge.

Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter, à imaginer mon œuvre sans me désoler si elle jaillit autrement.

Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur, la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix.

Au départ de l’ouvrage, là où je suis le plus faible, aide-moi au cœur du labeur, à tenir serré le fil de l’attention. Et surtout comble Toi-même les vides de mon œuvre.

Seigneur, dans tout labeur de mes mains laisse une grâce de Toi pour parler aux autres, et un défaut de moi pour me parler à moi-même.

Garde en moi l’espérance de la perfection sans quoi je perdrais cœur, Garde en moi l’impuissance de la perfection sans quoi je me perdrais d’orgueil. Purifie mon regard.

Quand je fais mal, il n’est pas sûr que ce soit mal. Quand je fais bien, il n’est pas sûr que ce soit bien.

Ne me laisse jamais oublier que tout savoir est vain sauf là où il y a travail, que tout travail est vide, sauf là où il y a amour, et que tout amour est creux qui ne me lie à moi-même, aux autres et à Toi.

Seigneur, enseigne-moi à te prier avec mes mains, mes bras et toutes mes forces.

Rappelle-moi que l’ouvrage de mes mains T’appartient, et qu’il m’appartient de Te le rendre en le donnant. Que si je le fais par goût du profit, comme un fruit oublié je pourrirai à l’automne. Que si je le fais pour plaire aux autres, comme la fleur de l’herbe je fanerai au soir.

Mais si je le fais par l’amour du Bien, je demeurerai dans le Bien.

Et le temps de faire bien et à Ta gloire, c’est tout de suite.

 

Décryptage :

La prière de l’artisan (l’artisan de sa propre vie puisque nous créons toujours)

Seigneur (la force organisationnelle), à bien user du temps que Tu me donnes à travailler (à bien user du temps qui m’est donné de vivre), à bien l’employer sans rien en perdre, apprends-moi à tirer profit de mes erreurs passées (apprendre de mes erreurs et de mes échecs) sans tomber dans le scrupule (les regrets, remords, la culpabilité, les lamentations…) qui ronge.

Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter (savoir ce que je veux puisque je crée tout le temps), à imaginer mon œuvre sans me désoler si elle jaillit autrement (savoir que quoi qu’il arrive ce n’est pas par hasard).

Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur, la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix (de fait, ne pas être dans une extrême ou dans l’autre).

Au départ de l’ouvrage (quand je prends conscience, que je me réveille et que j’accepte d’être responsable de mes choix, mes actes, pensées, paroles), là où je suis le plus faible (Là où je suis encore emprunt de mes anciens schémas. Puis le changement intérieur crée toujours un moment où on a l’impression que les choses empirent), aide-moi au cœur du labeur (entreprendre de se changer est un réel travail, labeur, qui ne se fait pas en un clic), à tenir serré le fil de l’attention (rester centré sur mes prises de consciences, mes décisions…). Et surtout comble toi-même (confiance, tout est bien fait) les vides de mon œuvre (les périodes où l’on a l’impression que rien n’avance sont faites pour se ressourcer).

Seigneur, dans tout labeur de mes mains laisse une grâce de Toi pour parler aux autres (Mes actes, pensées, paroles ont un impact pour les autres. Être dans la bienveillance et ne pas juger car on ne sait pas tout), et un défaut de moi pour me parler à moi-même (toujours avoir l’intelligence de me remettre en question).

Garde en moi l’espérance de la perfection sans quoi je perdrais cœur, Garde en moi l’impuissance de la perfection sans quoi je me perdrais d’orgueil (Cette dernière phrase parle d’elle-même). Purifie mon regard (Conscience de mes constructions de barrières protectrices de l’égo qui ne me sont plus utiles ; interprétations erronées).

Quand je fais mal, il n’est pas sûr que ce soit mal. Quand je fais bien, il n’est pas sûr que ce soit bien ( ;-)

Ne me laisse jamais oublier que tout savoir est vain sauf là où il y a travail (savoir et ne pas faire ce n’est pas savoir), que tout travail est vide sauf là où il y a amour (Bienveillance envers soi comme envers les autres), et que tout amour est creux qui ne me lie à moi-même, aux autres et à Toi (Être conscient que tout et tous sommes liés, unis par cette force organisationnelle que l’on peut aussi nommer amour. Et donc encore que tout acte, toute pensée ou parole ont des conséquences autant pour soi que pour le reste du monde…) .

En résumé ce dernier paragraphe parle de l’amour inconditionnel de tout et de tous. Puisque tout est intrinsèquement lié, nuire à autrui ou à quelque chose, de quelque manière que ce soit, revient à se nuire à soi-même.

Seigneur, enseigne-moi à te prier avec mes mains, mes bras et toutes mes forces.

La phrase ci-dessus est puissante. S’il en est une à retenir c’est celle-là. Elle parle de la loi d’attraction, comme elle parle de tout : "à te prier", c’est aussi lorsqu’on se parle à soi-même, lorsqu’on pense, le dialogue intérieur.

"Avec mes mains, mes bras et toutes mes forces", c’est ressentir avec le corps. C’est donc d’une part, être conscient de notre dialogue intérieur car il engendre les sentiments et les émotions, qui eux, se vivent dans le corps et non dans le mental.

Les maladies, comme le bien-être s’installent grâce à ces échanges biochimiques entre le corps et le mental.

Et d’autre part, prier en récitant bêtement revient à souffler sur un incendie de forêt pour éteindre le feu.

La loi universelle de l’attraction, qui est une grande loi du fonctionnement de l’univers, qu’on le veuille ou non, fonctionne pour l’humain, grâce au ressenti, aux sentiments, aux émotions et aux intentions. Et non grâce à son mental. Conscient ou pas, nous créons à chaque instant.

Qui ne connait pas la loi des séries ? Bonnes ou mauvaises choses, nous attirons à nous ce que nous vibrons. Tout est vibration. Et c’est par le corps que ça passe. Notamment par le très puissant champ électromagnétique du cœur humain.

Rappelle-moi que l’ouvrage de mes mains T’appartient (comme chaque être vivant a sa fonction sur terre, j’ai aussi une fonction, comme chacune des cellules de mon corps, je suis une cellule de la création), et qu’il m’appartient de te le rendre en le donnant (il m’appartient de trouver la voie, la fonction, qui m’est destinée*). Que si je le fais par goût du profit, comme un fruit oublié je pourrirai à l’automne (Puisque nous sommes interdépendants. Il s’agit du principe donner/recevoir). Que si je le fais pour plaire aux autres, comme la fleur de l’herbe je fanerai au soir (Il s’agit là du besoin de plaire, besoin de reconnaissance de l’égo).

Mais si je le fais par l’amour du Bien, je demeurerai dans le Bien. Le Bien dans cette phrase représente la création dans son ensemble.

Et le temps de faire bien et à Ta gloire (Gloire : harmonie, évolution…) c’est tout de suite. (Le seul temps qui existe réellement est le moment présent).

*Le moyen le plus simple pour savoir si nous sommes sur notre voie, c’est d’écouter notre corps, nos sentiments, nos émotions, qui sont autant de messages de notre âme.

 

Que cette prière vous apporte tout ce qu’elle m’apporte !

Je me la récite (en conscience) tous les jours. Et ma confiance en la vie grandit chaque jour. Adieu les angoisses !

N’oubliez pas : le passé est un souvenir, l’avenir est un mystère (dont je crée la qualité), le présent est un cadeau.

Avec tout mon amour.

Peggy

Peggy - posté le 15/03/2017 00:23:46


Commentaires:

Ajouter un commentaire:

Nom :
Mail :
Message: